Midnight Lust
Quick view
The Poker Game
Quick view
The Piercing
Quick view
The Fight
Quick view
The Discovery
Quick view

Bio

29 ans, vit et travaille à Paris

Formation

2009 – 2012     Intuit Lab, Aix en Provence

2008      Emile Cohl, Lyon

2007      Ecole Penninghen, Paris

2006      Blake College of Arts, London

Expositions collectives

2017
No(s) Drawings, School Gallery / Olivier Castaing
Drawing Now, The Contemporary Drawing Art Fair, Paris

2016
Fernelmont Contemporary Art Festival, Chateau de Fernelmont, Belgique
Drawing Now, The Contemporary Drawing Art Fair, Paris
GIRLS, Galerie Metropolis, Paris

2015
Slow Gallery, Paris

2014
DRAW, Wieden + Kennedy, Amsterdam

Texts

Perte de l'innocence ...

Perte de l’innocence …

« Tous mes dessins sont presque exclusivement réalisés avec des stylos à bille, excepté pour la couleur jaune. J’ai d’abord commencé à dessiner avec des stylos à bille au lycée.

Durant plus de 10 ans  j’ai tenu un journal auquel je me confiais beaucoup pendant mes heures de cours, et j’ai également réalisé de nombreux dessins durant ces années.

L’utilisation de stylos à bille était alors la meilleure façon d’être discrète et de garder les enseignants à distance.

Tous mes dessins sont inspirés de mes expériences et de souvenirs de la vie réelle ».

Innocence Lost 

« What I aim to depict in my body of work, is a time of volatile change and freedom through rebellion and mischief towards self discovery, on a backdrop of childish innocence and nostalgia. These drawings are about the contrasting pull of innocence and vice and the beauty that comes with a corrupt youth through the sheer will to discover and experience. I especially aim to focus on girlhood, and what it means to become one’s self while refusing to be taimed. In a simple sense, it’s about Bad Girls. It’s about girls refusing to be that pure and unblemished self. It’s about girls with faults. Girls who chose to be what they are and own it. But you have to look closer, to find clues hidden in the details as to what a drawing is really about : from the scars on the fingers of the cheerful girl with a lust for sweets to the Ouija symbols on a shirt, sometimes there may be more than one way to read the same image…

And even in the dark, they might light up.

All of my drawings are done almost exclusively with ballpoint pens, except for yellow color pencils.

I first started drawing with ballpoint pens in high school, when I kept a diary which would last more than a decade. In class I would write a lot in that diary, as well as draw, and using ballpoint pens was the best way to be discreet and keep the teachers at bay.

All of my drawings are inspired from my real life experiences and memories.

Texte interview de Rachid Majdoub, paru dans Konbini en 2015

Des stylos à bille, beaucoup d’encre, de la patience, de la précision, de l’imagination et du vécu : tels sont les ingrédients qui composent l’art de la jeune artiste française Helena Hauss.

 Patience, précision, imagination : soit les clés du travail d’Helena Hauss, jeune artiste parisienne. C’est avant tout la passion qui l’a menée à passer des heures devant la feuille blanche, elle qui sur les bancs de l’école griffonnait ses cahiers d’exercice pendant que ses camarades de classe notaient leur leçon avec assiduité.

À sa main, un outil d’abord par défaut, celui que tout élève a dans sa trousse : un stylo à bille, parfait pour ne pas se faire remarquer par son professeur, comme elle nous le raconte.

« Le choix du stylo bic est assez logique quand on regarde mon parcours. C’est l’instrument avec lequel j’ai le plus de pratique. J’ai commencé au collège et au lycée, où je dessinais sans arrêt dans mes cahiers à la place d’écrire mes cours (je rendais même des dessins sur mes copies blanches de contrôle…. je n’étais pas très bonne élève !) et finalement ça m’a donné pas mal de pratique. C’est assez ironique je trouve. » 

Avec le temps, ses dessins sont devenus plus fournis, plus grands, plus profonds. Toujours de la pointe de ses stylos, Helena produit des tableaux dont la dimension tourne autour de 100×70 centimètres, avec des effets lumineux, des couleurs contrastées et une préférence pour le bleu.

« Aucun autre outil ne me permet de mettre autant l’accent et tant de détails dans les cheveux » ; le stylo à bille permet à Helena de donner une précision surprenante aux scènes qu’elle dépeint. Des œuvres qui, au-delà des commandes réalisées en quelques jours pour des magazines, peuvent lui demander jusqu’à deux mois de travail.

Press

À la seule pointe de stylos à bille, les dessins ultra-précis d'Helena Hauss

Konbini, 2015

See Article

Biro Pen illustrations by Helena Hauss

Juxtapoz Magazine, juin 2015

See Article

Helena Hauss, patience et adolescence

Les Inrocks, mars 2016

Drawing Now : un succès confirmé pour le dessin contemporain

Etapes, avril 2016

Cette artiste parisienne dessine au stylo-bille, et c’est génial

BuzzFeedNews, février 2016

Colorful Ballpoint Pen Illustrations

Fubiz, 2015

You fun wasted teenage years rendered in awesome ballpoint pen drawings

Dangerous Minds, mars 2015

Helena Hauss et ses dessins au stylo à bille

Néon, juillet 2015

Helena Hauss, artiste à la pointe

Tess Magazine, mars 2016