Triclo’s
Quick view
Images de l’enfance perdue
Quick view
Web
Quick view
Venice Boys
Quick view
Simone de Beauvoir
Quick view
Révolutionnaires russes
Quick view
Proverbes
Quick view
Objets du quotidien
Quick view
Maisons parlantes
Quick view
Kleine Soldaten
Quick view
Hooked
Quick view
Forever Veuves
Quick view
Female Facets
Quick view
Destiny’s Child
Quick view
Catastrophes sexuelles
Quick view
Asylum II
Quick view
Anorexie
Quick view

Bio

Née en 1963 à Vienne
Vit et travaille à Vienne et Paris

Formation

1989
Ecole Nationale Superieure des Beaux-Arts, Paris, France

1988
Université des arts Appliqués, Vienne, Autriche

1988
DNSEP, classe de peinture de W. Hutter, Vienne, Autriche

Collections publiques et privées (sélection)

Fondation Frances, Senlis
France Musée d’Art Moderne de Vienne
Artothèque de Vienne
Collection de la ville de Vienne Niederösterreichisches Landesmuseum
Collection de la Banque d’Autriche
Collection de la banque nationale OeNB
Musée Sigmund Freud de Vienne Freud’s
Dream Museum St. Petersbourg
Musée Albertina Vienne
Collection de la Présidence d’Autriche

Prix

1999
Prix Erwin Ringl, Vienne, Autriche

1998
Prix Georg-Eisler, Vienne, Autriche

1990
1er Prix Grand Prix de la Peinture de la Cote d’Azur

1999
1er Prix gravure de la ville de Belfort

1988
Magister Artium, Autriche

Expositions personnelles

2014
PRISES DE VUE, analix forever & galerie Vanessa Quang, Paris
EMMANUELLE KANT, vidéo projection, Palais de Tokyo, Paris
STANDBILDER, Galerie Steineik, Vienne, Allemagne

2012
PSYCHE, Galerie Steineik, Vienne, Allemagne

2010
KONVERSATIONSLEXIKON des Instituts für Heil und Sonderpädagogik présentation du livre au Freud Museum, Vienne
Institut für Heil & Sonderpädagogik Zweigstelle Ost, Galerie Steinek, Vienne
FEMALE FACETS au Freuds Dream Museum, Saint Petersbourg, Russie

2008
Le 2ème sexe et autres, School Gallery, Paris

2006
Filmcasino, Vienne

2006
WIENER DAMENHAFT, (Film) project space Kunsthalle Vienne, Urania Vienne, Autriche

2003
Freud’s Dream Museum, St.Petersbourg, Russie

2002
Künstlerhaus Klagenfurt

2001
Galerie Hill, Stuttgart, Allemagne Galerie Exner, Vienne, Autriche

2000
HOTEL ANGST, Galerie Steinek, Vienne, Autriche

1999
Galerie Wallisch, Eferding

1995
Galerie Steinek (WERBEFILM dans 5 cinémas viennois), Wien, Autriche

1994
Galerie Nikki Diana Marquart, Paris, France

B.A.I. Gallery, Barcelone, Espagne
TIMESPACETRIPPING, Seilerstättengarage, Vienne, Autriche

1993
FOUR ROOMS Fondation, Vienne, Autriche Symposium Femmes et néoconservatisme B.A.I. Gallery, New York, Etats-Unis

1992
Ambassade d’Autriche, Washington, Etats-Unis 1991
LIFE BALL, Mairie de Vienne, Autriche

1990
50 Artistes / 30 Capitales, Tour Eiffel, Paris, France
LIFE BALL, Mairie de Vienne, Autriche
Tabakmuseum, Vienne, Autriche
ENGELSTURZ, Fledermaus Bar, Vienne,  Autriche
ENGELSTURZ, U4, Vienne, Autriche

1989
Natcom Art Ltd., New York, USA Musée Municipal Georges Duhamel, Mantes, France BAWAG, Rothenturmstraße, Vienne, Autriche

Expositions collectives et foires

2015
À l’ombre d’éros, monastère royal de Brou, France

2014
Motopoétique, Mac Lyon

2013
GRUPPENBILD MIT DAMEN, Literaturmuseum Strauhof, Zürich, Suisse
Art is Hope, Palais de Tokyo, Paris

2012
ALBERTINA CONTEMPORARY, Vienna, Autriche
THE KING, Analix forever, Genève, Suisse
BEAUTIFUL PENIS, nuke gallery, Paris

2011
HET GEWICHTIGE LICHAAN, museum Boerhaave, Leiden / Museum Dr. Guislain, Gent, Belgique
Sammlung Hartmann, Literaturhaus Wien/Linz, Autriche

2010
Art Paris Guests, Fondation Frances/School Gallery, Grand Palais, Paris

2009
ART PARIS, School Gallery, Paris
Off de la FIAC, Show Off, School Gallery, Paris
Stark bewölkt, MUSA, Vienne
Off de la Biennale de Lyon, Rolex/School Gallery, Lyon

2008
SHOW OFF – édition 2008 School Gallery, Paris
« Portraits Gallery » – Group Show, School Gallery, Paris

2007
Lustspiel aus freiwild an rehbein – Performance Fantaisie masculine, Textes et arrangements, Film, Regie, Théâtre du peuple–Hundsturm, Vienne, Autriche
Exitus, Kunstlerhauser, Vienne, Autriche BACA-Kunstsammlung, Vienne, Autriche
Les uns et les autres, Galerie Steinek, Vienne, Autriche
Arthur Schnitzler.REIGEN, Maison de la Littérature de Berlin, Allemagne

2006
Anna und Lou, Hintergrundfilm, Theatre de Nestroyhof, Vienne, Autriche
Arthur Schnitzler
REIGEN, Exposition au Hauptbücherei et au théâtre du Musée, Vienne

2005
Kriege und Frieden, Ausstellung zum int. Frauentag, BAWAG, Vienne,

2004
Exposition du Musée Freud Bratislava, Slovaquie
Stadtgalerie Vienne, Autriche
10ème anniversaire du Prix Erwin Ringl, Vienne, Autriche
Sieben Frauen, Albertina, Vienne, Autriche

2003
Galerie Academia, Salzburg, Autriche

2001
BILD- LUST, Palais Harrach, Suppan Contemporary
Galerie Hilger, Paris, ART ALARM, Stuttgart, Allemagne
Salon d’Automne, Paris, France
ART Köln, Allemagne

2000
Triennale, Mailand Madonna – Medusa, Karpfenberg, Klagenfurth

1999
Centenaire de la femme, Kunstforum Bank Austria, Vienne, Autriche
Corpore-Casa-Cuore, Museum Moderner Kunst, Vienne, Autriche
Museum moderner Kunst, Prague, République tchèque
Museum Moderner Kunst, Barcelone, Espagne
Biennale Prague, République tchèque

1998
ART Basel, Suisse
FIAC, Paris, France
Receptor, Galerie Steinek, Vienne, Autriche

1997
Europe Rediscovered III, Dublin, Irlande

1995
Renner Institut, Vienne, Autriche
Centre André Malraux, Sarajewo, Bosnie

1994
Europe Rediscovered, Copenhage, Danemark

1993
Galerie Intakt, Galerie Grita Insam, Vienne, Autriche
Galerie Würthle, Weihnachtsausstellung, Vienne, Autriche
Gallerie Het Zwanepand, Anvers, Belgique

1992
Sasaki Gallery, Tokyo, Japon
Interior Gallery, Tokyo, Japon

1991
Action Regenwald, Technisches Museum, Vienne, Autriche
Museum d’Artes de Sabadell, Barcelone

Texts

Le deuxième sexe et autres

Marie Deparis, 2008

«Das Institut für Heil & Sonderpädagogik »* présente « Le deuxième sexe et autres», un aperçu foisonnant et pluriel du travail et des recherches de Michaela Spiegel, artiste autrichienne vivant actuellement à Paris.

Avec une ironie mordante semblable à celle du cynique Antisthène cherchant dans les rues d’Athènes, lanterne éclairée en plein jour, l’essence d’Homme proclamée par Socrate, Michaela Spiegel défend l’inessentialité de « La » Femme.  Dans une posture résolument existentialiste, l’artiste entend déconstruire, avec un sens de l’humour aigu et subversif, la mythologie de La Femme, d’une supposée « nature féminine », de ses attributs et de ses qualités, pour ne retenir de la femme que ce qu’elle n’est substantiellement : un individu, défini par des marquages culturels et psychologiques, dont il importe, pour l’artiste, de se libérer.

D’emblée, l’œuvre protéiforme et sans concession de Michaela Spiegel impose son engagement. Mais artiste d’abord, c’est concrètement, au travers de propositions plastiques, qu’elle entend dévoiler pan par pan le soi-disant « continent noir » dont Freud aurait voulu atteindre les confins.

Depuis près de vingt ans, Michaela Spiegel explore donc plastiquement les multiples et complexes facettes de la condition féminine au travers de peintures, mais aussi de collages, de photomontages, de vidéos et d’installations.

La peinture, d’abord, que l’exposition « le deuxième sexe et autres » montre essentiellement.

Pour Michaela Spiegel, la peinture est un objet, un moyen comme un autre d’exprimer ses préoccupations; elle n’entend pas faire de la « belle peinture » et induit dans la manière même dont elle utilise ce médium, un sens inopiné. Toutes les peintures présentées ici sont réalisées sur un fond de brocard de soie tendu, une belle toile damassée très « aristocratique », très élégante, telle qu’on en trouve dans les intérieurs cossus d’Autriche, son pays natal, et de manière générale, dans tous les intérieurs riches, les châteaux, les grandes maisons. L’artiste utilise ce support textile de manière kitsch, en en détournant le raffinement au profit d’une sorte de mauvais goût assumé, y reproduisant des portraits de people aussi divers que Courtney Love, Imelda Marcos, Arnold Schwarzenegger ou Wallis Simpson entourée de ses carlins.

Michalea Spiegel fait de la peinture « Halbseide », autrement dit de la peinture de « demi-soie », expression allemande qu’on utilise pour qualifier une femme de mauvaise vie, peu fréquentable ; une peinture pas très nette et un peu sale, donc…sur la plus luxueuse des étoffes.

Toute la richesse du travail de Michalea Spiegel trouve ici son illustration, dans cette stratification, dans ce foisonnement tous azimuts, intellectuel et réjouissant, dans ces entrelacs de jeux visuels et de jeux sémantiques, dans ces décalages perpétuels, ces transvaluations permanentes, ces détournements esthétiques, ces télescopages qui ouvrent toujours une troisième voie, dans cette décontextualisation vivace qui force à d’autres significations et réactive sans cesse le sens.

Il n’y a donc guère d’étonnement, dans ce contexte, que Michalea Spiegel ait choisi de présenter ses séries de peintures sous l’égide –hommage décalé et audacieux- de Simone de Beauvoir, auteur d’un « Deuxième Sexe » hautement scandaleux en son temps. En présentant un diptyque de Simone de Beauvoir nue, sans pudeur* et malicieuse, il ne s’agissait pas pour l’artiste de relancer quelque polémique médiatique, mais de régénérer la force rebelle et le souffle de liberté de la pensée, et de la vie, de la philosophe figure majeure d’un féminisme nouveau, qui explosa les carcans intellectuels et moraux tout en réconciliant les inconciliables cartésiens de la chose étendue et de la chose pensante, corps et esprit enfin aussi peu tabous l’un que l’autre… Une manière de dire que l’intellectuelle a un corps et qu’un corps de femme peut être pensant.

On reconnaîtra donc une certaine forme de filiation, bien que Michaela Spiegel incline résolument vers l’humour acerbe plutôt que vers l’esprit de sérieux. Mais cela n’empêche nullement, bien au contraire, l’acuité de sa réflexion sur la condition des femmes, attentive à leur histoire et à leur émancipation, dans une dimension sociologique quoique sans prétention scientifique, et existentialiste. Et si elle rejette toute allégation d’anti-masculinisme, on ne pourra non plus lui faire le procès d’un féminisme complaisant. Les « caractères féminins » épinglés par Michalea Spiegel offrent de bien peu tendres portraits, et, avec cette distance et cette dérision, les femmes que l’artiste a choisi de dépeindre sont loin des canons et des modèles du genre. « Loin des « sex-symbols » vendus par la société des hommes », explique l’artiste, « les femmes devraient être capables de choisir leurs propres « role-symbols », sur d’autres critères ».

Simone de Beauvoir pourrait-elle faire partie des « Destiny Childs », série de peintures consacrée à ces femmes dont le destin tout tracé bifurque brusquement et prend le chemin de la liberté ? Une liberté parfois chèrement extorquée, pour Ulrike Meinhof***, pour Patty Hearst, deux femmes que l’artiste montre, dans une sorte d’analyse à rebours, au temps de l’innocence enfantine, sourire espiègle, nattes et communions…Elle invite alors à se demander quelles histoires, quelles failles, quelles amours peuvent mener à prendre les voies qu’elles ont choisies…Décidément, Michaela Spiegel interroge les trajectoires individuelles.

C’est dans ce même esprit que Michaela Spiegel aborde les veuves éplorées (et/ou) joyeuses de « For ever ». Sur des médaillons tendus de brocart noir et festonnés de dentelle assortie, une dizaine de veuves d’hommes célèbres offrent une galerie de portraits de femmes qui trouvèrent célébrité et richesse grâce à la vie, puis à la mort de leur époux. On retrouve ici une des stratégies récurrentes de l’artiste : l’utilisation de codes populaires, voire kitsch (le format médaillon, la dentelle, le portrait de « people », la mièvrerie des deux prénoms accolés « for ever ») qu’il s’agit de prendre au second, voire au troisième degré, avec distance et ironie. Dans le même temps, Michaela Spiegel entend mesurer la distance parcourue depuis le temps où, explique-t-elle, en l’absence d’autonomie financière, les femmes n’avaient accès personnellement à l’argent, et à la richesse, qu’en cas de décès de leur mari…cruelle ironie du sort qui rendirent certaines veuves plus joyeuses que la décence ne l’eut toléré.

Mais près de 60 ans après le livre choc du Castor, la vision des rapports homme femme, et la visibilité de la sexualité se sont profondément transformées et du deuxième sexe beauvoirien, que la philosophe avait failli titrer « L’Autre », on est passé au deuxième sexe…et les autres…transgenre, multiples, « queer », au refus de l’identité sclérosante ou au risque de se perdre, à l’image de ces « catastrophes sexuelles » qui, de Lolo Ferrari à Michael Jackson -risibles autant que pathétiques- interroge sur les notions de norme, de normalité, de normativité du comportement.

Puis, des objets-installations opèrent d’efficaces contrepoints aux œuvres peintes et dévoilent d’autres facettes du travail de l’artiste.

Ici, des assiettes délicatement calligraphiées « anno..rex..ie » jouent du même détournement du kitsch au profit d’un déploiement signifiant. Ces assiettes décorées à la manière de quelque souvenir pittoresque, comme on en accroche parfois sur les murs, mais peintes d’images de femmes anorexiques créent des connexions pour le moins ambiguës. Ces assiettes presque pop au fond desquelles on ne trouve nulle nourriture mais une morbide maigreur imposent un raccourci visuel grinçant sur le rapport aujourd’hui de la femme à son image, à celle qu’elle désire renvoyer aux autres, de la dysmorphie et du poids de la société sur cette image, comme ailleurs ce tout petit « estomac de dame », présenté comme un bijou dans son écrin ou perdu dans un grand flacon. Une manière de rendre visible les dessous d’un discours où le social, l’historico-politique et le sexuel se mêlent dans des présupposés aux relents totalitaristes que Michalea Spiegel entend pointer.

Là, dans ce foisonnement joyeux et intense, visuel, sonore, tactile, on trouve aussi des objets divers, des couronnes de 1er bal à Vienne, des boites à musique à la ritournelle désuète et lancinante, d’étranges boules à neige que l’on croirait au formol, chaque fois gangue d’ironie et de jeux d’esprit sur tout ce que la féminité charrie de mythes à sabrer, à l’image de cette cage -« cage-mère » ou « mär » capitaliste, jeu de mots ironique entre mère et conte de fée-, une jolie cage dorée mais aux pointes acérées, ébranlant l’immémoriale évidence d’une féminité nécessairement maternante.

Ici encore, un fascinant work in progress prend la forme d’un abécédaire, lexique, bréviaire, ou dictionnaire comme on voudra, une sorte de manuel fou à plusieurs entrées « à l’usage du savoir bien parler en société » que n’aurait renié Madame de Rothschild, dans lequel sont consignés tous les grands thèmes et termes personnages importants de l’Institut : que veulent-ils dirent ? Comment en parler ? On retrouve ici le travail de dynamique image-mot auquel se livre Michaela Spiegel depuis toujours dans un double axe sémantique: d’une part une réflexion autour de l’interaction, les tensions entre les mots et l’image -images samplées, volées au magma médiatique-, dans des « cross over » inopinés, des « sauts » visuels et sémantiques ; et d’autre part une attention particulière à la signifiance intrinsèque du jeu de mots comme jeu « d’esprit » pour reprendre la terminologie freudienne. Tout y passe, de Jacky Kennedy à Mercedes de Acosta, de Leni Riefenstahl à la ménopause, dans un faux esprit de sérieux et une réelle dérision parfois proche de dada.

Tout, dans l’œuvre vive et intelligente de Michaela Spiegel, excite les sens et l’esprit. Exigeante et sans complaisance, elle sollicite notre propre vivacité et un esprit critique alerte qui nulle part ne trouve le repos.

Marie Deparis, août 2008

* L’ « Institut für Heil & Sonderpädagogik »* a été fondé en 1995 sur l’initiative de l’artiste, et fonctionne comme un module à la fois informel et « institutionnel » de création.

Michaela Spiegel explique : « Depuis 1995 je travaille sur ce titre de “Institut für Heil & Sonderpädagogik”: j’avais découvert une plaque sur un des bâtiments de la grande clinique de Vienne, juste avant les travaux sur les bâtiments. “Heil & Sonderpädagogik” pourrait se traduire comme “ pédagogie spécialisée dans la guérison des enfants perturbés”, sauf que dans mon jeu de mots je ne mets pas le – après “heil”, qui est donc autrement associé….
Par suite, j’ai décidé d’utiliser ces termes pour le titre de mon exposition cette année-là. L’exposition démontrait les nationalismes cachés dans la langue allemande  d’une autre époque
. » Aujourd’hui l’ « Institut für Heil & Sonderpädagogik » est devenu une sorte de structure de création récurrente, à laquelle se rattache les travaux et recherches de l’artiste.

**A la suite de la publication du « Deuxième Sexe », François Mauriac écrit alors aux Temps modernes, revue fondée par Simone de Beauvoir et Jean-Paul Sartre en 1943 : « A présent, je sais tout sur le vagin de votre patronne ».

***Fondatrice historique et membre, avec Andreas Baader, du groupe armé terroriste Fraction Armée Rouge dite « Bande à Baader »

Press

``Testobjekt`` Frau

KRONE, février 2012

See PDF

Nicht nur sauber sondern unbefleckt

Wiener Zeitung, 2012

See PDF

Hotel Angst

Spektrum, avril 2009

See PDF

Ein Krönchen für die starken Frauen

Die Presse, avril 2009

See PDF

Die Torte nicht wecken !

Wiener Zeitung, avril 2009

See PDF

Rilkes schönste Müse, Freuds jüngste Tochter

Die Presse, mai 2006

See PDF

Baustelle Nestroyhof

Theater Transit, mai 2006

See PDF

Damen haft ??

Wienerin, avril 2006

See PDF

Sigmund Freud - Privatstiftung

Vienna Art Week, avril 2006

See PDF

Krieg und Frieden

KUNSTFOYER BAWAG, mars 2006

See PDF

Des Pudels Kerne

Diva, novembre 2002

Wiedner Kulstuspaziergang

Wiener Bezirkszeitung, 2002

Fiac : valeurs sûres et jeunes créateurs

La Vie Financière, octobre 1998

Michaela Spiegel-Korzil

Arts Actualités, mai 1995