';

Quoi ma gueule

Recommend
  • Facebook
  • Twitter
  • Google +
Share

L’intention

 

Chanteurs, peintres, musiciens, dessinateurs… la même famille. La même pulsion. La même aventure.

Lancer une passerelle entre ces deux mondes de la création artistique, c’est créer un appel d’air pour se projeter au-delà de l’oeuvre, au-dessus de la pratique. L’artiste peut alors s’effacer pour laisser passer un peu l’homme. L’authenticité naît de la rencontre, mais le fantasme reste entier. Juste un voile de lever sur une personnalité, une créativité, une émotivité.

Quoi ma gueule ? est né d’un échange avec Laurent Voulzy dans le huis clos d’une voiture. Lui auteur-compositeur-interprète, moi peintre-dessinateur-portraitiste. Le temps d’un voyage, du partage d’un même langage, le musicien a fait la part belle à l’humain. Cette rencontre a agi comme un révélateur d’envie. Une envie de raconter par le trait l’être hors scène, la personne plutôt que la posture. Une envie de portrait vrai. Une envie de peindre l’instantanéité d’une rencontre.

Fameuses ou non, les « gueules » d’artistes garderont leurs secrets. Je garderai mes distances. Pas question de briser le rêve, l’essentiel est ailleurs. La toile fera une partie du chemin, donnera un sens et indiquera une direction. Chacun prolongera à sa guise, osera une interprétation de la représentation. Tous auront l’impression de saisir un bout de vérité. Juste une impression.

Quoi ma gueule ? n’est possible que dans l’instant partagé, le tête-à-tête. Une heure, dix clichés, cents mots. Le temps de quelques photos, de quelques paroles. Un profil saisi, une attitude captée. Un pan de vérité offert. La rencontre plutôt que la pose. Mon atelier agira ensuite comme un révélateur pictural de mes sensations. Un, deux, trois… dix portraits : au bout de mes pinceaux, les tableaux ne feront plus qu’un pour dire l’Artiste vu de l’intérieur.

Le projet

 

D’abord La Rochelle. Ma vie. Ma ville. Un besoin de lui rendre ce qu’elle m’a apporté en lumière et inspiration. Une volonté de donner une dimension différente à un de ses évènements majeurs : les Francofolies.

Fondamentalement artistique, le projet Quoi ma gueule ? sera dédié à la galerie d’images que les Francofolies construisent au fil de leur histoire. Une galerie remplie d’émotions, de souvenirs heureux et de plaisirs fugaces. Des photos, des pochettes vinyles, des livres, des bandes audio, des extraits radio mais rarement des peintures. Et jamais en telle symbiose avec le Festival et les artistes qui le feront cette année. L’expérience était tentante, attrayante. Les Francos ont dit banco.

Formidable facilitateur dans le domaine de la création contemporaine, le Centre Intermondes offrira pendant un mois ses murs historiques à ma galerie de portraits. Programmés le premier jour des Francofolies 2013, le vernissage devrait constituer un moment inaugural fort du Festival.

Restant ma propriété intellectuelle, les oeuvres peintes pourront faire l’objet de reproductions dans le cadre de la promotion de l’évènement. A ce titre, les artistes modèles devront donner leur accord au moment d’accepter de participer à cette rencontre artistique.

Je souhaite de tout coeur que mon initiative rencontre votre intérêt.

J’espère de toute mon âme d’artiste que vous me prêterez votre image, celle qui vous raconte le mieux.

A bientôt ?

Vincent Ruffin

Info