Back to the school … septembre 2019
Quick view
Art Paris 2019
Quick view
Danse avec moi
Danse avec moi
Dessins sur papier japon
Quick view
Danse avec moi
Danse avec moi
Dessins sur papier kraft
Quick view
Danse avec moi
Danse avec moi
Dessins à l'encre de chine
Quick view
Danse avec moi
Danse avec moi
Solo Show du 9 janvier > 9 février 2019
Quick view
Danse avec moi
Quick view
Danse avec moi
Danse avec moi
Grands formats
Quick view

Bio

Né en 1978 à Aix-en-Provence.

Après des diplômes universitaires d’histoire de l’art, d’arts plastiques et de cinéma à Aix et un dnsap à l’école des Beaux-arts de Marseille-Luminy, réalise divers projets artistiques : Chatoiements, galerie du tableau, Marseille (2005), C’est merveilleux, galerie des Beaux-arts, Marseille (2006), Iconostase, Centre social de Belsunce, Marseille (2006), L’Oursin, galerie des remparts, Toulon (2007), Je suis le rêve, commande du Conseil général des AM (2008) et collabore à la revue La pensée de midi (2005-2007). Résidence à la Cité internationale des Arts (2008-2009).

Responsable de la photographie du magazine Têtu de 2009 à 2014 il poursuit son œuvre personnelle: photos, dessins et vidéos.

Vit et travaille à Paris et dans le Haut Var.

Il expose ses oeuvres au Centre d’art contemporain de Chateauvert en 2015, à la galerie Sabine Puget, à Fox-Amphoux en 2016 ainsi qu’à la galerie l’Ensemblier à Lyon en 2018. A travers ses dessins, photographies et sculptures, il explore le domaine de la peur, de l’enfance et de l’animalité et de leur interaction à l’époque contemporaine, entre gravité et jubilation.

Expositions

2019
School Gallery / Olivier Castaing, Paris
« Danse avec moi » – Solo Show

2018
Galerie L’ensemblier, Lyon

2016
Galerie Sabine Puget, Fox-Amphoux
« Sarabande »

2015
Centre d’Art Contemporain, Châteauvert

2014
Galerie Agathe Gaillard, Paris

Projets Artistiques

2008-2009
Résidence à la Cité internationale des Arts

2008
« Je suis le rêve »
Conseil général des AM

2005-2007
Collaboration à la revue « La pensée de midi »

2006
« Iconostase »
Centre social de Belsunce, Marseille

2006
« C’est merveilleux »
Galerie des Beaux Arts, Marseille

2005
« Chatoiements »
Galerie du tableau, Marseille

Texts

Danse avec moi

Xavier Girard

Dessins, peintures, photos, vidéos, sculptures, installations, livres d’artistes, le parcours de Rochegaussen a quelque chose d’une table de multiplication.

Les catégories y sont moins importantes que l’énergie, l’intensité immédiate, le rythme, l’allant, l’élan qui les traversent. Ce qui compte c’est d’aller au plus vif de ce qui est représenté. Ses matériaux sont parmi les plus simples. Le noir, le blanc et le rouge produisent des effets bien assez exacts. Les protagonistes clairement identifiés. Il y a des personnages, des objets et des symboles qui font penser à une écriture primitive en mouvement. Depuis quelques temps les figures dansent sur les murs de l’atelier comme des ombres portées, montent en l’air, grimpent sur des chaises bancales, filent à même le sol, traversent des miroirs, se pendent à des anneaux, jouent au chat perché, l’envol est partout. Leur légèreté n’affecte pas seulement le petit espace réservé à l’oeuvre d’art, elle agit aussi sur les créatures multiples reliées entre elles par le fil rouge de la fureur. C’est alors le grand rouléboulé des hommes-cerf ou des hommes taureau à gueule de loup, des hérissons à tête d’oiseau, des hydres-poulpes, des chat-hiboux et autres chien-souris. Des hommes doubles, le cul par dessus tête comme dans les mondes de Rabelais ou de Jérôme Bosch nous fixent de leurs yeux écarquillés.

Leurs mains sont des feuilles, leurs cheveux des épines de porcépic, leurs oreilles équipées d’écouteurs hirsutes et leurs chapeaux des bonnets d’ânes. Beaucoup ont fait alliance avec la grenouille (le double préféré) ou le crocodile. D’autres sont comme des greffes, hommes pieu ou pal, hommes caméra, hommes chariot. Leurs yeux voyagent en dehors de la tête, et le corps parfois découpé en tranche est ficelé comme un paquet.

D’autres portent des muselières. L’alliance entre espèces différentes s’étend aux objets les plus divers comme la chaise, la maison, l’échelle, la lampe, le filet, l’escalier, la fenêtre, le bateau ou la table parfois réduits à un trait. Les symboles (spirale, croix, etc.) entrent aussi dans la danse. A ce point les matériaux donnent autant d’importance aux figures, aux moyens graphiques et aux signes, disposés sur le même plan qu’aux actions violentes qui se partagent la scène. Rapt, dépeçage, pendaison, combat singulier, scène de dévoration, supplices divers, harnachements ridicules sont donnés à voir avec la même allégresse que les épisodes moins sauvages. Il y est question de désirs et de peurs qui ne distinguent plus qui mord et qui est le loup. Voilà qui trouble l’ordre des choses.